-= Frank Black Forum =-
-= Frank Black Forum =-
Home | Profile | Register | Active Topics | Members | Search | FAQ
Username:
Password:
Save Password
Forgot your Password?

 All Forums
 Off Topic!
 General Chat
 L'espace francophone 2
 New Topic  Reply to Topic
 Printer Friendly
Previous Page | Next Page
Author Previous Topic Topic Next Topic
Page: of 53

remig
* Dog in the Sand *

France
1734 Posts

Posted - 03/28/2006 :  06:51:20  Show Profile  Reply with Quote
AhahAHAHAH.
Je suis une STAR!
Godzilla, c'est une version "accélérée" de notre unique composition (j'ai écrit les paroles!). http://youtube.com/watch?v=IwEAN6MjK0k
La vidéo de Brackish Boy, c'est de moi aussi.
la vidéo de Joe Chicago (vaut son pesant de sushis):http://youtube.com/watch?v=5hU1Rq6zUnM
Il est barré mais c'est marrant, son blog est fendard.

Edited by - remig on 03/28/2006 06:54:18
Go to Top of Page

cassandra is
> Teenager of the Year <

France
4233 Posts

Posted - 03/28/2006 :  07:29:32  Show Profile  Visit cassandra is's Homepage  Reply with Quote
top tip la vidéo de Joe! je connaissais pas ce morceau... c'est un tube!

désolé les Rémi et Denis pour l'invertion de patronyme...




pas de bras pas de chocolat
Go to Top of Page

vilainde
>> Denizen of the Citizens Band <<

Niue
7307 Posts

Posted - 03/28/2006 :  11:39:21  Show Profile  Visit vilainde's Homepage  Reply with Quote
ouais c'est marrant 30 secondes. Après quand tu te rends compte qu'ils sont sérieux c'est un peu grave.


Denis

I love Guitar Wolf from the Erath!
Go to Top of Page

Monsieur
* Dog in the Sand *

France
1688 Posts

Posted - 03/28/2006 :  14:56:43  Show Profile  Reply with Quote
Je viens de voir le cyber espace de notre ami Jozef.

Mon Dieu.


I will show you fear in a handful of dust

Edited by - Monsieur on 03/28/2006 15:06:16
Go to Top of Page

remig
* Dog in the Sand *

France
1734 Posts

Posted - 03/29/2006 :  00:01:18  Show Profile  Reply with Quote
encore un artiste incompris.
Go to Top of Page

cassandra is
> Teenager of the Year <

France
4233 Posts

Posted - 03/29/2006 :  00:06:34  Show Profile  Visit cassandra is's Homepage  Reply with Quote
exactement




pas de bras pas de chocolat
Go to Top of Page

remig
* Dog in the Sand *

France
1734 Posts

Posted - 03/29/2006 :  23:54:56  Show Profile  Reply with Quote
quel est votre comique préféré?
dans les anciens j'aime bien fernandel, chez les morts, coluche, et les vivants Elie Semoun.
Go to Top of Page

jediroller
* Dog in the Sand *

1718 Posts

Posted - 03/30/2006 :  00:10:49  Show Profile  Reply with Quote
Rien de très original : Desproges, Monty Python, Jean-Pierre Raffarin...


The experts they file in by the roomful / Watching him dying young

free music
Go to Top of Page

vilainde
>> Denizen of the Citizens Band <<

Niue
7307 Posts

Posted - 03/30/2006 :  00:32:45  Show Profile  Visit vilainde's Homepage  Reply with Quote
J'aime pas trop les comiques. J'aime mieux les films d'horreur

(c'est une citation)


Denis

I love Guitar Wolf from the Erath!
Go to Top of Page

cassandra is
> Teenager of the Year <

France
4233 Posts

Posted - 03/30/2006 :  00:33:34  Show Profile  Visit cassandra is's Homepage  Reply with Quote
Pareil que Jedi avec Les Inconnus, Les Nuls et Daniel Prevost période années 1980 en plus. Le pb de nos jours, c'est que tous les vrais comiques sont morts. Les "comiques" actuels me font très peu rire voire pas du tout (à part Moustic, et Lafesse, mais bon, ils sont plus très jeunes).




pas de bras pas de chocolat
Go to Top of Page

remig
* Dog in the Sand *

France
1734 Posts

Posted - 03/30/2006 :  00:40:40  Show Profile  Reply with Quote
et laurent ruquier, alors?
et jamel?
Go to Top of Page

Frog in the Sand
-+ Le premiere frog +-

France
2715 Posts

Posted - 03/30/2006 :  00:51:54  Show Profile  Visit Frog in the Sand's Homepage  Reply with Quote
Comme Jedi. Parmi les vivants, je dirais Jamel Debbouze et Laurent Gerra. Cela dit je ne suis pas vraiment un fana des comiques professionnels.

-----
I joined the Cult of Le Cigaw Volanttt
Go to Top of Page

Monsieur
* Dog in the Sand *

France
1688 Posts

Posted - 03/30/2006 :  00:52:47  Show Profile  Reply with Quote
Benoît Poelvoerde, si on peut parler de comique.


I will show you fear in a handful of dust
Go to Top of Page

Frog in the Sand
-+ Le premiere frog +-

France
2715 Posts

Posted - 03/30/2006 :  00:53:49  Show Profile  Visit Frog in the Sand's Homepage  Reply with Quote
Ah oui, Daniel Prévost aussi. Ce mec a sauvé des tas de films à lui tout seul.

-----
I joined the Cult of Le Cigaw Volanttt
Go to Top of Page

cassandra is
> Teenager of the Year <

France
4233 Posts

Posted - 03/30/2006 :  00:56:12  Show Profile  Visit cassandra is's Homepage  Reply with Quote
Laurent Ruquier est un gars sympa, mais il me fait pas rire, c'est trop le mec qui fait de la vanne pour de la vanne, et puis j'accroche pas trop à ses "bons mots". Jamel... il y a-t-il un comique plus surrestimé actuellement que lui? non franchement il me fait chier, je crois que je préfère encore regarder Chevalier et Laspalès...




pas de bras pas de chocolat
Go to Top of Page

remig
* Dog in the Sand *

France
1734 Posts

Posted - 03/30/2006 :  00:58:19  Show Profile  Reply with Quote
quote:
Originally posted by Frog in the Sand

je dirais Jamel Debbouze ET Laurent Gerra.

-----
I joined the Cult of Le Cigaw Volanttt


ça alors!
Go to Top of Page

cassandra is
> Teenager of the Year <

France
4233 Posts

Posted - 03/30/2006 :  00:58:51  Show Profile  Visit cassandra is's Homepage  Reply with Quote
quote:
Originally posted by Monsieur

Benoît Poelvoerde, si on peut parler de comique.


I will show you fear in a handful of dust



OUI, comment ai-je pû oublier ce génie! mais plutôt période NPA alors, ou alors dans "C'est arrivé prêt de chez vous" ou comme invité à la télé en général.

Et évidemment toute la bande de NPA de la belle époque.




pas de bras pas de chocolat
Go to Top of Page

remig
* Dog in the Sand *

France
1734 Posts

Posted - 03/30/2006 :  01:01:54  Show Profile  Reply with Quote
quote:
Originally posted by cassandra is

Laurent Ruquier est un gars sympa, mais il me fait pas rire, c'est trop le mec qui fait de la vanne pour de la vanne, et puis j'accroche pas trop à ses "bons mots". Jamel... il y a-t-il un comique plus surrestimé actuellement que lui? non franchement il me fait chier, je crois que je préfère encore regarder Chevalier et Laspalès...




pas de bras pas de chocolat




exactement pareil
poovoerde et lafesse sont bons. les carnets de m. Manhatan, c'est mortel et Unique au monde.com (lafesse dans un van) aussi
Go to Top of Page

jediroller
* Dog in the Sand *

1718 Posts

Posted - 03/30/2006 :  01:08:58  Show Profile  Reply with Quote
quote:
Originally posted by remig

et laurent ruquier, alors?


et Jean Roucas ?

quote:
et jamel?



RESPECT.

The experts they file in by the roomful / Watching him dying young

free music
Go to Top of Page

remig
* Dog in the Sand *

France
1734 Posts

Posted - 03/30/2006 :  01:23:31  Show Profile  Reply with Quote
jamel, il a trois mimiques et joue toujours sur le même registre. néanmoins, j'aime bien H.
Sur canal, j'aime assez Omar et Fred (leur spectacle est bien) et Germain (le gars qui reprend les émissions tv en play-back)
Go to Top of Page

jediroller
* Dog in the Sand *

1718 Posts

Posted - 03/31/2006 :  04:15:29  Show Profile  Reply with Quote
quote:
Originally posted by remig

jamel, il a trois mimiques

et un seul bras, n'oublie pas le bras.

quote:
néanmoins, j'aime bien H.

Attention, c'est sept fois plus nocif qu'une cigarette.

quote:
et Germain (le gars qui reprend les émissions tv en play-back)

Un peu limité comme concept quand même...


The experts they file in by the roomful / Watching him dying young

free music
Go to Top of Page

cassandra is
> Teenager of the Year <

France
4233 Posts

Posted - 03/31/2006 :  08:36:50  Show Profile  Visit cassandra is's Homepage  Reply with Quote
ça fait longtemps que je m'étais pas autant marré en lisant Le Monde...

"Nuit arrosée au château du PDG de Total
LE MONDE | 31.03.06 | 13h59 • Mis à jour le 31.03.06 | 16h15


Neuf prévenus comparaissaient, jeudi 30 mars, devant le tribunal correctionnel d'Auxerre, pour avoir, les 11 et 12 décembre 2001, occupé une résidence secondaire de Thierry Desmarest, PDG de Total, à Montigny-la-Resle (Yonne).

Ces militants bretons et toulousains entendaient protester contre l'attitude du groupe pétrolier et de son patron après la marée noire de l'Erika, en décembre 1999, et l'explosion de l'usine AZF, en septembre 2001. Ils étaient jugés pour "violation de domicile", "vol aggravé" et "dégradations graves". Thierry Desmarest, qui avait été cité comme témoin par la défense, a estimé dans un courrier que sa présence était "inutile à la manifestation de la vérité".


Et la vérité s'est en effet manifestée sans peine. Les prévenus ont reconnu être entrés, " par la porte", dans le château, où ne se trouvait alors qu'un gardien. Ils ont admis avoir badigeonné "ERIKA" et "AZF"sur les murs, avec du pétrole rapporté des côtes bretonnes. "On nous a bien tagué 450 kilomètres de littoral", a justifié Alain Malardé, porte-parole de la Confédération maritime.

Les activistes ont démonté volets et vitres du château afin "de reproduire la situation que vivaient les victimes toulousaines", selon Claire Poinas, membre du collectif Plus jamais ça. "La nuit, nous n'avons pas eu chaud : le thermomètre est descendu à - 4 degrés", a ajouté Jo Le Guen, responsable de l'association Keep it Blue.

Les débats, menés avec placidité par le président François Arnaud, ont surtout porté sur le " vol aggravé", à savoir la consommation de douze bouteilles de crus bordelais pris dans la cave.

Le président : "Vous avez bu du vin ?" Jo Le Guen : "Parfaitement exact." Alain Malardé : "Mais les gendarmes ont bu le coup avec nous." Robert Prigent, un autre prévenu breton : "Ce sont même eux qui en ont bu le plus !" Le président : "A qui appartenaient ces bouteilles ?" Me Emmanuel Riglaire, avocat de la défense : "Il n'y avait pas de facture, peut-être que c'était à la société Elf."

Le président : "Comment s'est effectuée la préhension des bouteilles ?" Alain Malardé : "Une dans chaque main, monsieur le président." Le même : "On s'est aussi servi dans le frigo." Le président : "Je ne suis pas saisi de ce point." Alain Malardé : "C'est pourtant important, pas de vin sans fromage." Jo Le Guen : "On a plié les tapis en arrivant." Alain Malardé : "Et on a fait la vaisselle avant de partir." Le président : "Vous avez aussi remonté les volets ?" Alain Malardé : "Non, mais ils ne l'avaient pas fait non plus à Toulouse."

Le débat a bientôt pris un tour plus sérieux. Les prévenus ont plaidé "le geste militant" et "l'acte syndical". "J'assume mes responsabilité quoi qu'il m'en coûte, ce qui n'est pas le cas de Total", a assuré Claire Poinas, évoquant les morts et les blessés estropiés à vie de Toulouse.

A l'exception d'Alain Malardé, multirécidiviste de ce genre d'actions, les buveurs de vin n'avaient pas de casier. Estimant qu'il existait un "préjudice minime" et admettant un "motif syndical", le procureur de la République, François Perrin, a requis que les délits soient requalifiés en contraventions et soient ainsi couverts par l'amnistie. Pour la défense, Me Emmanuel Ludot a plaidé la relaxe et assuré qu'il n'y avait pas eu vol mais grivèlerie, "puisque les bouteilles n'ont pas quitté le château".

Auparavant, la partie civile, par la voix de Me Bruno Quentin, avait affirmé "ne pas être insensible aux drames humains que ces personnes ont vécus". Elle a cependant estimé les faits "inacceptables" et réclamé en dommages et intérêts un euro symbolique. "A ce prix- là, ça ne devait pas être du grand vin", a estimé Alain Leclerc, avocat de la défense. Jugement le 4 mai.

Benoît Hopquin (Auxerre, envoyé spécial)"




pas de bras pas de chocolat
Go to Top of Page

jediroller
* Dog in the Sand *

1718 Posts

Posted - 03/31/2006 :  09:10:21  Show Profile  Reply with Quote
Excellent !

quote:

Le président : "Comment s'est effectuée la préhension des bouteilles ?" Alain Malardé : "Une dans chaque main, monsieur le président."



The experts they file in by the roomful / Watching him dying young

free music
Go to Top of Page

remig
* Dog in the Sand *

France
1734 Posts

Posted - 03/31/2006 :  09:18:27  Show Profile  Reply with Quote
enfin de bonnes nouvelles!!
Go to Top of Page

Frog in the Sand
-+ Le premiere frog +-

France
2715 Posts

Posted - 03/31/2006 :  10:05:14  Show Profile  Visit Frog in the Sand's Homepage  Reply with Quote
quote:
Originally posted by cassandra is
le procureur de la République, François Perrin,


En France tous les héros de comédie s'appellent François Perrin!

-----
I joined the Cult of Le Cigaw Volanttt

Edited by - Frog in the Sand on 03/31/2006 10:08:31
Go to Top of Page

vilainde
>> Denizen of the Citizens Band <<

Niue
7307 Posts

Posted - 03/31/2006 :  10:55:22  Show Profile  Visit vilainde's Homepage  Reply with Quote
Ouais, c'est le nom de Pierre Richard dans La Chevre! Si ça se trouve l'avocat de la Défense s'appelait Campana...

Tiens, en parlant de comiques: mon préféré c'est Pierre Richard (enfin, y'a 30 ans quoi).


Denis

I love Guitar Wolf from the Erath!
Go to Top of Page

Frog in the Sand
-+ Le premiere frog +-

France
2715 Posts

Posted - 03/31/2006 :  11:27:03  Show Profile  Visit Frog in the Sand's Homepage  Reply with Quote
Il y a des tas de François Perrin dans le cinéma frenchy. C'est une sorte de convention, les héros de comédie sont quasiment obligés de s'appeler François Perrin ou François Pignon. D'ailleurs le dernier héros de Francis Veber (incarné par Gad Elmaleh) s'appelle François Pignon.


-----
I joined the Cult of Le Cigaw Volanttt

Edited by - Frog in the Sand on 03/31/2006 11:28:11
Go to Top of Page

cassandra is
> Teenager of the Year <

France
4233 Posts

Posted - 04/01/2006 :  05:01:41  Show Profile  Visit cassandra is's Homepage  Reply with Quote
Mon dieu... ça fait froid dans le dos:

"Récit
Scènes de crise à Matignon
LE MONDE | 29.03.06 | 14h28 • Mis à jour le 29.03.06 | 14h28

La chose est rare à Matignon, mais Dominique de Villepin a maigri. "L'effet du stress sur un tempérament exalté", diagnostique l'un de ses ministres, faussement compatissant. La conséquence mécanique d'un petit phénomène politique aussi : depuis le 16 janvier où il a annoncé la création du contrat première embauche (CPE), quelques heures seulement après en avoir informé patronat et syndicat, le premier ministre "mange" littéralement du CPE matin, midi et soir. Il argumente en faveur de sa réforme au petit déjeuner avec les barons de sa majorité, à midi avec des chefs d'entreprise, plaide encore à l'heure de l'apéritif devant la presse après avoir tenté des goûters avec des associations de jeunes. Et manifestement, cela ne nourrit pas son homme.


Ce jeudi 16 mars, Dominique de Villepin reçoit ainsi à déjeuner quelques journalistes du Monde, dans la salle à manger de Matignon. Dans toutes les grandes villes de France, au même instant, des étudiants, des salariés ont commencé à se regrouper pour une nouvelle journée de manifestations. Mais le premier ministre affecte une parfaite sérénité. Depuis plusieurs jours, il feint de se moquer que la présidente du Medef désapprouve son contrat pour les jeunes. "Laurence Parisot ? Elle est dans l'idéologie", cingle-t-il. Il hausse les épaules, lorsqu'on lui fait remarquer que les syndicats, jusqu'alors affaiblis et divisés, se sont refait une santé et une unité grâce à ses méthodes cavalières.

La veille, le cabinet du premier ministre s'est réuni autour du secrétaire général du gouvernement, Jean-Marc Sauvé. Les socialistes ont bien déposé un recours devant le Conseil constitutionnel, mais Sauvé a assuré Villepin que les risques sont minces de voir le Conseil sanctionner le gouvernement. Il reste bien la Cour européenne de justice. Là, Sauvé est formel : elle sanctionnera à coup sûr l'absence de motivation du licenciement, qui est l'un des piliers du CPE. Mais après la mauvaise nouvelle, il y en a une bonne : elle ne jugera pas la loi qui instaure le contrat avant dix-huit mois...


16 MARS, VILLEPIN À MATIGNON
"VOUS ÊTES DANS LE VIRTUEL ! MOI, JE SUIS DANS LE RÉEL !"

Dominique de Villepin se frotte donc les mains. Il adore ces atmosphères de bataille. Pour ce déjeuner avec les journalistes, il a convié son directeur de cabinet Pierre Mongin et son conseiller politique Bruno Le Maire, et défend avec eux son action. "Moi, je suis dans le réel ! Les Français, les médias, sont dans le virtuel !" Le virtuel ? "Oui ! On assiste dans la société française à un phénomène d'inversion de la réalité. On reproche la précarité du CPE ? Mais c'est moi qui ai dénoncé la précarité de la situation des jeunes qui additionnent stages et CDD pendant des années ! Alors quoi, il ne faut pas dire la vérité aux Français ?"

Maintenant qu'il est lancé, on dirait un général, mais un général qui peine à entraîner les Français. "Tout cela est le symptôme d'une société qui a peur, qui ne veut pas regarder la réalité en face et qui s'invente des combats. D'une société qui préfère l'à-quoi-bonisme. Mais ma mission, c'est d'être dans le réel, de recaler le regard collectif et d'éviter un nouveau 21 avril", un 21 avril 2002, lorsque Jean-Marie Le Pen était arrivé jusqu'au second tour de la présidentielle. Puis, vient la référence glorieuse : "Voilà, c'est comme de Gaulle en 1958 : il faut ouvrir les fenêtres, enlever les poussières sous les tapis."

Il y a, comme souvent chez Villepin, ce très curieux dosage d'agressivité, de trivialité de l'expression, d'élégance du geste et d'abstraction du message. Mais enfin, le premier ministre y met toute son énergie. Pourquoi avoir enchaîné le CPE, réservé aux moins de 26 ans, juste après le contrat nouvelle embauche (CNE), qui propose les mêmes conditions - une période d'essai pouvant aller jusqu'à deux ans et un licenciement sans justification obligatoire - mais seulement pour les entreprises de moins de 20 salariés ? "J'ai pensé que la Valda passerait mieux avec le CPE qu'avec le contrat unique", estimant que cette solution, prônée par le Medef et Nicolas Sarkozy, aurait été vécue comme une attaque frontale par les syndicats. Plus que jamais, il reste certain d'avoir raison. Ségolène Royal le critique ? "Mais elle aussi, elle est dans le virtuel ! Elle n'est pas encore dans le jeu, elle ne connaît pas les règles !" Avant de s'arrêter tout net : "De toute façon, le CPE n'aura aucun effet sur la présidentielle. Vous savez que j'ai de l'expérience en la matière et une présidentielle se joue dans les deux mois et demi qui précèdent l'élection."

A Matignon, les "spécialistes" affirment déjà que les manifestations mobiliseront peu. Il y a encore quelques jours, le ministre de la recherche et de l'enseignement supérieur, François Goulard, expliquait à Villepin qu'il "ne pensait pas que les universités réagiraient au CPE". Evidemment, avec ce type d'expert, Villepin peut se vanter "d'être dans le réel"...


19 MARS, BORLOO AU MINISTÈRE
"C'EST FOUTU, IL NE VEUT PLUS. TOUT EST BLOQUÉ"


Le dimanche, alors que la veille une nouvelle grande manifestation a fait descendre dans les rues plus d'un million de manifestants, Jean-Louis Borloo rejoint son ministère du travail. Il sort d'une réunion à Matignon et semble soulagé.

Depuis plusieurs semaines, il traîne manifestement les pieds pour défendre un CPE qu'il n'approuve pas et s'exaspère des méthodes de Villepin. Mais là, il en rit presque : "Villepin est secoué et Chirac est aux commandes ; il a enfin compris l'ampleur de la crise et va prendre une initiative."

Le président donne effectivement des signes d'inquiétude. Jusque-là, il était resté relativement discret. Mais maintenant que les manifestations prennent de l'ampleur, le ministre de l'emploi en est sûr, il va pousser Villepin à transiger. "Il vaut mieux une petite victoire qu'un Austerlitz", lance donc Borloo devant ses conseillers.

Le ministre vient d'ailleurs de lister avec Matignon et l'Elysée les "aménagements" qui pourraient débloquer, croit-il, la situation. "On peut réserver la grande salle du ministère - celle-là même qui a vu signer les accords de Grenelle en 1968 - pour tous les jours de la semaine prochaine", sourit-il. On l'appelle au téléphone.

C'est Dominique de Villepin, bientôt rejoint par Frédéric Salat-Baroux, le secrétaire général de l'Elysée, pour une conversation à trois. Le conseiller de Jacques Chirac a appelé la CFDT pour tester une ouverture sur le raccourcissement des deux ans d'essai et l'absence de motivation du licenciement.


Mais la CFDT est inflexible : elle exige le retrait du CPE, ce dont Villepin ne veut pas. Le premier ministre a d'ailleurs rejeté catégoriquement une proposition intermédiaire que lui a fait, quelques heures auparavant, Nicolas Sarkozy : suspendre pour un mois le CPE, le temps de voir. "Sarko" a assorti sa proposition de cette menace : "Je n'irai pas dans un combat inutile pour le CPE, d'autant que je n'y ai pas été associé." Mais Villepin ne bouge pas d'un millimètre : c'est non.

En entendant cela, Jean-Louis Borloo blêmit. "C'est foutu. Il ne veut plus, tout est bloqué", lâche-t-il en raccrochant. Villepin lui a lu les derniers sondages, qui indiquent que 63 % des électeurs UMP sont favorables à la fermeté. "63 % de 22 % - soit la part théorique des électeurs UMP dans la population -, ça fait pas des valises", marmonne Borloo.


20 MARS, SARKOZY EN CORSE
"C'EST NORMAL DE VOIR DES ÉTUDIANTS"


Nicolas Sarkozy est parti à Ajaccio pour quarante-huit heures. Soucieux de ne pas se laisser enfermer dans son rôle de premier flic de France, inquiet des dérapages violents - un militant de SUD est dans le coma depuis la manifestation de samedi -, il répète désormais sans cesse : "Il ne faut jamais rompre le fil du dialogue." Le voilà qui met donc ce beau principe en action. A peine débarqué à Ajaccio, il reçoit une dizaine de jeunes gens "anti-CPE". Et justifie suavement : "C'est tout à fait normal que je les rencontre..."

Peut-il tenir longtemps ainsi ? Dix jours auparavant, le dimanche 12 mars, dans ses appartements privés de la place Beauvau, il a réuni tous ses proches pour tenter de caler cette position acrobatique. Il y a là le ministre Brice Hortefeux, le directeur du cabinet de Nicolas Sarkozy, Claude Guéant, et son staff rapproché, ainsi que Pierre Méhaignerie, Gérard Longuet, Patrick Devedjian, François Fillon, Roselyne Bachelot et les deux porte-parole de l'UMP, Luc Chatel et Valérie Pécresse.

L'heure est à l'inquiétude. "Pour la première fois, on a le sentiment qu'il n'y a pas de porte de sortie", lâche un conseiller. Roselyne Bachelot intervient : "Nicolas, cette affaire pose le problème du timing de ton départ du gouvernement." "C'est pas la question", s'entend-elle répondre par l'impétrant. Certes, Nicolas les fera tous sourire deux jours plus tard en leur racontant le petit déjeuner de la majorité, le 14 mars. Villepin, campant comme toujours dans les pas du héros, y avait affirmé : "Nous sommes en 14-18, il faut reprendre l'offensive, sortir de la tranchée. On va montrer que l'on a des couilles !" Sarkozy assure lui avoir répondu tranquillement : "Vous savez, dans ce pays, on ne coupe pas les couilles, mais les têtes." Mais tout de même, chacun se demande comment ne pas mourir étouffé dans "le piège de la solidarité" et guillotiné aux élections qui suivront.


LES PATRONS À MATIGNON
"ON N'EST PAS LÀ POUR ENTENDRE LA MESSE !"

Le piège de la solidarité se pose d'ailleurs à une bonne partie des alliés potentiels du gouvernement. Le patronat traîne ainsi des pieds depuis le début de l'affaire. Lundi 20 mars, Matignon l'a convoqué pour lui faire la leçon. Le premier ministre a tenu à mêler dirigeants de grandes entreprises et représentants des PME-PMI. Il n'ignore pas les divergences internes au Medef.

Sa présidente, Laurence Parisot, est hostile au CPE, dont la gestion catastrophique a compromis durablement, à ses yeux, toute réforme ultérieure du code du travail, qu'elle appelait de ses voeux. Mais l'UIMM, la puissante fédération de la métallurgie, la plus importante du Medef, a annoncé clairement son soutien au dispositif.

Dominique Villepin a préparé un cours de trente minutes sur son cher CPE. Mauvaise pioche. Les "gros du CAC 40", Jean-Louis Beffa (Saint-Gobain), Thierry Desmarets (Total) et Claude Bébéar (Axa) en ressortent furieux. "On n'est pas venu là pour s'entendre dire la messe", lâche l'un d'entre eux en grimpant dans sa voiture. Seuls les représentants des entreprises moyennes défendent encore le contrat pour les jeunes. Et gare à ceux qui flanchent.

Charles Beigbeder, PDG de l'opérateur d'électricité et de gaz Poweo, qui a suggéré de renoncer au CPE pour ouvrir une négociation globale se fait "recadrer". "C'est pour nous, les PME-PMI, ce contrat, pas pour toi qui représente le Medef !", grogne furieusement Gonzague de Blignière, président de l'AFIC (investisseurs en capital). Devant les caméras, Charles Beigbeder avale son chapeau : "Le CPE est un bon contrat qu'il faut sauver." Avec des soutiens pareils, Matignon peut être rassuré.


21 MARS, L'UMP S'ANGOISSE
"VILLEPIN VEUT UN SUICIDE COLLECTIF !"


Les députés de la majorité ont eux aussi le sentiment d'être obligés à une solidarité risquée avec le premier ministre. Depuis que les manifestations s'enchaînent et que les syndicats n'ont qu'un mot d'ordre, "retrait du CPE", bon nombre d'élus de l'UMP s'inquiètent. Dans les couloirs de l'Assemblée, on murmure "Ce Villepin veut notre mort" ou encore "C'est le chef de l'ordre du temple solaire : il réclame un suicide collectif" et même parfois "Vous verrez qu'il préférera encore faire passer la gauche que de laisser à Sarkozy une chance de l'emporter."

Conscient du malaise, devant la commission exécutive de l'UMP, Nicolas Sarkozy évoque clairement "deux rigidités", celle du premier ministre et celle des syndicats, et laisse entendre qu'il se sentira "libre" si ses propositions ne sont pas retenues.

Jacques Chirac, qui reçoit ce 21 mars, une dizaine de députés UMP du groupe "emploi" qui ont travaillé pour le CPE à l'Assemblée, fait pourtant passer le message en deux phrases : "Je fais confiance au premier ministre pour trouver une solution" et surtout, à destination d'un Nicolas Sarkozy à qui le mot sera rapporté dans l'heure : "Je regrette que le premier ministre ne soit pas mieux soutenu par l'UMP". Un conseiller du ministre de l'intérieur n'en tire qu'une conclusion sur Jacques Chirac : "Décidément, Villepin le tient !"

Le soir même, devant les parlementaires, Dominique de Villepin affirme qu'il n'acceptera "ni retrait, ni suspension, ni dénaturation du CPE". Le lendemain, cependant, devant les députés, le premier ministre explique qu'il consent à discuter "sans a priori" avec les syndicats. Edouard Balladur susurre à l'oreille d'un collègue : "Heureusement qu'on a les journaux pour comprendre quelque chose..."




24 MARS, FRANÇOIS CHÉRÈQUE
"POURQUOI FAIRE UN EFFORT POUR EUX ?"


Le secrétaire général de l'Elysée, Frédéric Salat-Baroux assure chaque jour qu'il n'y a "pas de négociations parallèles". Mais tout le monde s'y met pour renouer le fil avec les syndicats. Et c'est un soulagement général lorsque les organisations syndicales acceptent de rencontrer Villepin, vendredi 24 mars.

La maladresse vient pourtant... du président de la République lui-même. Quelques heures à peine avant que la réunion n'ait lieu à Matignon, Jacques Chirac, qui assiste au conseil européen à Bruxelles, affirme : "Quand une loi a été votée par le Parlement (...), elle doit être appliquée, ce qui n'empêche pas naturellement de discuter telle ou telle modalité." Emoi dans les cinq grandes confédérations. Il y a donc si peu à négocier ?

L'Elysée, du coup, ne sait plus trop sur quel pied danser. A Bruxelles, le président peut bien évoquer cette sorte de "génie français" qui jette régulièrement dans la rue des milliers de manifestants à la première réforme, les représentants des 24 pays membres du cénacle européen le regardent avec commisération. Mais il est dit que rien ne viendra au secours du chef de l'Etat Français. Interrogé par la presse, le président luxembourgeois de l'eurogroupe Jean-Claude Juncker explique tranquillement qu'il est exclu de transposer le CPE à l'échelle européenne : "Faire du CDI une exception est une piste qui nous mènera dans le mur."

A Matignon, en fin d'après-midi, lorsque les syndicats s'installent face au premier ministre, l'atmosphère est glaciale. Jean-Louis Borloo tente bien de lancer quelques perches, mais Dominique de Villepin les écarte et le front syndical, apparemment soudé, est inflexible. "Nous avions fait un pas en acceptant de dialoguer sans faire du retrait du CPE un préalable, note en privé François Chérèque, le dirigeant de la CFDT, mais Villepin ne nous aide sur rien. Alors je ne vois pas pourquoi nous ferions un effort pour aider un gouvernement qui ne nous a prévenus qu'au dernier moment, sur une loi que nous n'avons pas choisie." Il n'y aura plus aucun contact avec Matignon pendant le week-end.


27 MARS, SARKOZY À DOUAI
"ON PEUT ÊTRE FERME SANS ÊTRE RIGIDE"

Les cars qui transportent journalistes et élus venus de Paris ont été stoppés aux abords de la salle du meeting où Nicolas Sarkozy devait se produire, à Douai (Nord), par une centaine de militants de la CGT et quelques étudiants.

Nicolas Sarkozy a prévu de s'exprimer "en homme libre". Sur un texte de seize pages qui récapitule largement ses discours précédents, il ne consacre pourtant que dix lignes à la critique de son rival. "On peut être ferme sans être rigide", assure le président de l'UMP, qui appelle à "l'esprit de compromis". Et reprend la suggestion faite en vain devant Villepin : il faut suspendre le CPE le temps des négociations. En coulisses, Henri Guaino, ex-séguiniste qui a fait la campagne de Jacques Chirac en 1995, est venu soutenir celui qu'il combattait autrefois, du temps des balladuriens. Guaino s'en félicite en souriant : "Ça fait du bien de changer de cheval !"


28 MARS, VILLEPIN PERSISTE
"NON, JE NE CÉDERAI PAS !"

Le petit-déjeuner a lieu tous les mardis à Matignon, entre les chefs de la majorité. Et cette fois, Nicolas Sarkozy a décidé de monter plus clairement encore au créneau : "Il faut trouver une solution sinon ce sera fatal pour la présidentielle", lance-t-il. Puis il propose d'utiliser "le délai qui s'écoulera entre la décision du conseil constitutionnel, en fin de semaine, et la promulgation de la loi pour ouvrir des négociations". Autant dire qu'il suggère de repousser la promulgation de la loi et d'envisager une nouvelle délibération du CPE ou carrément un nouveau projet de loi. Autour de la table, même Jean-Louis Debré, qui soutient pourtant largement le premier ministre paraît convaincu. Mais Dominique de Villepin a vu la manoeuvre. Un nouveau délai et son CPE risque de passer à la trappe. "Non, je ne céderai pas !" rétorque-t-il.

Villepin, qui vient devant le groupe UMP à l'assemblée, quelques heures plus tard, redit devant les députés : "Il n'est pas question de retirer le CPE, mais je suis ouvert à des modifications pour peu qu'elles ne soient pas d'ordre législatif." En clair, il veut bien discuter de la période d'essai mais refuse d'introduire une justification au licenciement. A peine est-il parti que Nicolas Sarkozy refait la proposition déjà énoncée au petit-déjeuner. Proposition reprise "à l'unanimité" par le groupe UMP, même si plusieurs dizaines de députés du groupe ont signé une pétition de soutien au CPE...

Dans toute la France, des centaines de milliers de manifestants ont commencé à défiler. Les cinq confédérations de salariés et les organisations étudiantes qui devaient revenir à Matignon, mercredi, ont décidé de ne plus s'y rendre. Persuadées que, désormais, "l'intransigeance du premier ministre ne pourra pas durer."

Raphaëlle Bacqué, Rémi Barroux, Béatrice Gurrey, Christophe Jakubyszyn et Philippe Ridet"




pas de bras pas de chocolat
Go to Top of Page

Monsieur
* Dog in the Sand *

France
1688 Posts

Posted - 04/02/2006 :  08:11:34  Show Profile  Reply with Quote
La question que je me pose, c'est quel genre de pompes met notre ami Joe Chicago avec son kimono...

Des tongs?


I will show you fear in a handful of dust
Go to Top of Page

Monsieur
* Dog in the Sand *

France
1688 Posts

Posted - 04/02/2006 :  08:13:56  Show Profile  Reply with Quote
PS : dans la mesure du possible, évitons de copier-coller 15 pages d'un journal ici. Un hyperlink suffit, et ça nique moins le topic.


I will show you fear in a handful of dust
Go to Top of Page

remig
* Dog in the Sand *

France
1734 Posts

Posted - 04/02/2006 :  08:39:17  Show Profile  Reply with Quote
Joe Chicago et Frank:



Des tongs ça serait bien, surtout avec des chausettes japonaises qu'on peut mettre avec.
Go to Top of Page

cassandra is
> Teenager of the Year <

France
4233 Posts

Posted - 04/02/2006 :  09:12:09  Show Profile  Visit cassandra is's Homepage  Reply with Quote
quote:
Originally posted by Monsieur

PS : dans la mesure du possible, évitons de copier-coller 15 pages d'un journal ici. Un hyperlink suffit, et ça nique moins le topic.


I will show you fear in a handful of dust



c'est vrai désolé, promis, je recommencerais pas...




pas de bras pas de chocolat
Go to Top of Page

cassandra is
> Teenager of the Year <

France
4233 Posts

Posted - 04/02/2006 :  09:14:47  Show Profile  Visit cassandra is's Homepage  Reply with Quote
quote:
Originally posted by remig

Joe Chicago et Frank:



Des tongs ça serait bien, surtout avec des chausettes japonaises qu'on peut mettre avec.



Mon dieu, dire que j'étais à ce concert et que j'ai refusé de me faire prendre en photo avec le Dieu-vivant lui-même!
Aaaah, le Bikini... ça me rappelle toute ma jeunesse...

Comment tu as eu cette photo Rémi?




pas de bras pas de chocolat
Go to Top of Page

remig
* Dog in the Sand *

France
1734 Posts

Posted - 04/02/2006 :  11:01:23  Show Profile  Reply with Quote
Je suis JOE.
Sinon depuis Myspace de Joe (mis à jour, pleins de vidéos en plus!), il y a ces photos linkées depusi Flickr.
Go to Top of Page

cassandra is
> Teenager of the Year <

France
4233 Posts

Posted - 04/02/2006 :  11:36:13  Show Profile  Visit cassandra is's Homepage  Reply with Quote
J'aime beaucoup le clip de "Surfing Cuties", mais le morceau est déjà excellent à la base.




pas de bras pas de chocolat
Go to Top of Page
Page: of 53 Previous Topic Topic Next Topic  
Previous Page | Next Page
 New Topic  Reply to Topic
 Printer Friendly
Jump To:
-= Frank Black Forum =- © 2002-2016 Frank Black Fans, Inc. Go To Top Of Page
Snitz Forums 2000